Veratrum album L.
Verâtre blanc

LILIACEAE
Autres dénominations : Hellébore blanc, Varaire, Herbe aux cerfs, Véraire, Herbe à éternuer.

Description botanique :
Plante herbacée de 0,5 à 1 m 50, robuste, vivace par un rhizome. 
            • Rhizome : Souche massive et courte d'où partent de nombreuses racines, blanchâtres jeunes puis noirâtres chez les exemplaires âgés  
            • Feuilles : Alternes, engainantes, entières à limbe fortement plissé, velues, à nervures parallèles convergeant au sommet, caduques  
            • Fleurs : Petites, verdâtres ou blanchâtres, groupées en panicules au sommet de la tige (floraison : août-octobre)  
            • Fruit : Capsules légèrement poilues contenant de nombreuses graines 

Autre espèce du genre : V. nigrum L., le vérâtre noir, à feuilles pétiolées, à fleurs pourpres noirâtres, fréquent en Europe du Sud, très rare au nord des Alpes. 

Habitat :
         • Prairies humides, clairières de montagne, alpages, même biotope que la gentiane jaune  
         • Espèce très répandue de 800 à 2000 m  
Risques principaux :
          • Dépression cardio-respiratoire  
          • Arythmie  

Principes toxiques 
          • Nature 
              Alcaloïdes stéroïdiques  
                        o Libres (rubijervine, jervine, germine)  
                        o Hétérosidiques (pseudojervine, isorubijervosine)  
                        o Estérifiés (protovératrines A et B)  
          • Localisation  
                        o Dans le rhizome : 1 à 1,5%  
                        o Dans les feuilles : 0,2 à 1% (en début de période végétative) 
            Toute la plante est toxique.  
          • Mode d'action  : Les alcaloïdes agiraient en modifiant la perméabilité du canal sodique, en particulier au niveau des fibres vagales, mais aussi par un effet central. Leur action inotrope positive serait comparable à celle des digitaliques mais par augmentation de la concentration intracellulaire de sodium.  

Circonstances d'intoxication : Le plus souvent par erreur d'identification. 
Confusion possible avec : Gentiana lutea L., la grande gentiane, dont on ramasse la racine pour préparer des apéritifs, vins ou liqueurs. Elle s'explique par leur morphologie voisine avant la floraison ; de plus elles partagent le même habitat. 











Remarques : 
           • Les poudres à éternuer utilisées autrefois contenaient de la poudre de vérâtre  
      • Ne pas confondre l'ellébore blanc (parfois orthographié hellébore blanc) avec les hellébores, dont l'hellébore fétide et l'hellébore noire (Renonculacées)  
 
Notions générales : Cette intoxication est rare, et correspond le plus souvent à une confusion avec la grande gentiane (Gentiana lutea L.). 

Eléments diagnostiques :
Délai d'apparition des symptômes : 30 minutes après l'ingestion. 
               • Irritation des muqueuses : paresthésies buccales  
               • Troubles digestifs : nausées, vomissements abondants, diarrhée intense, épigastralgies  
               • Troubles neurologiques :  
                         o Céphalées, vertiges, troubles visuels  
                         o Confusion, agitation, délire  
                         o Convulsions  
               • Prédominance des troubles cardio-vasculaires :  
                         o Lipothymie, syncope  
                         o Bradycardie sinusale, hypotension artérielle, collapsus  
                         o Bloc auriculo-ventriculaire, hyperexcitabilité myocardique  
               • Bronchoconstriction, dépression respiratoire  

Conduite à tenir :
               • Hospitalisation  
               • L'absence de symptômes plus de 2 heures après l'ingestion d'une partie de la plante (baies, feuilles, tige, fleur...) est de bon pronostic  
               • L'efficacité de l'épuration digestive n'est actuellement pas démontrée 
Le lavage gastrique ainsi que l'administration de charbon activé sont à discuter au cas par cas  
               • Traitement symptomatique de :  
                             o L'hypotension artérielle et de la bradycardie : atropine (pouvant être poursuivie tant que la bradycardie persiste)  
                             o L'arythmie  
               • Surveillance cardio-vasculaire  
  

 

Gentiana lutea L.

Veratrum album L.

Feuilles

Opposées, épaisses et planes

 

Alternes, fortement plissées et engainantes 

Fleurs

Jaunes, en verticille à la base des feuilles

Blanc verdâtre, en épi terminal

Racines

Grosse racine allongée, gris brunâtre, 2 à 3 cm de diamètre, à cassure jaunâtre sillonnée et à forte odeur aromatiqu

Rhizome noirâtre trapu, court, couvert de nombreuses racines adventives grêles, à cassure blanchâtre ponctuée

 

FloreTox
A,B,C....