Sambucus nigra L.
Sureau noir

CAPRIFOLIACEAE
Autres dénominations : Grand sureau, Arbre de Judas, Hautbois.  

Description botanique : Arbre de 4 à 10 m de haut caduc, à moelle blanche abondante ; écorce fissurée, gris-marron, à lenticelles blanchâtres ; rameaux arqués, assez cassants 
         • Feuilles : Caduques, opposées, accompagnées de petites stipules, composées imparipennées 5 à 7 folioles ovales, lancéolées et dentées.  
         • Fleurs : Nombreuses inflorescences formant de larges corymbes ombelliformes ou des ombelles de cymes d'environ 20 cm de diamètre ; petites fleurs blanc crème à odeur désagréable à l'état frais ; corolle régulière à 5 lobes arrondis et à tube se terminant par des anthères jaunes (floraison : mai-juillet).  
         • Fruits : Baies rondes (4-5 mm) virant au rouge puis au noir, pendant en grappes serrées, renfermant 3 graines beiges aplaties et allongées ; pulpe rouge violacée (maturité : août-octobre).  

Autres espèces : 
         • S. racemosa L. : Le sureau rouge, à fruits rouges, en montagne.  
         • S. ebulus L. : Le sureau yèble à fruits violets, jusqu'à 1400 m.  

Habitat : 
        • Haies, bois, bord des rivières, sur sol calcaire ou riche en azote, jusqu'à 1600 m d'altitude  
        • Ornementation  
Fréquence : Commun. 
Risques principaux : Troubles digestifs. 
 
Principes toxiques : 
             • Nature : Mal connus : hétérosides cyanogènes (sambunigroside), c'est à dire précurseurs d'acide cyanhydrique ou cyanure d'hydrogène HCN. Plante très faiblement toxique. 
                   • Localisation : Fruits non mûrs.
 
Circonstances d'intoxication : 
Ingestion de fruits verts. Les fruits mûrs sont dépourvus d'hétérosides cyanogènes et deviennent très riches en anthocyanes ; on peut alors les utiliser cuits pour la confection de gelées, marmelades, sirops et vins. 
Notions générales : Les sureaux ne sont pas à l'origine d'intoxications graves. 

Eléments diagnostiques :  
Au-delà de 10 baies : 
                    • Troubles digestifs : nausées, vomissements, douleurs abdominales  
A doses massives :
                    • Signes neurologiques : malaise, anxiété, faiblesse musculaire, somnolence  
                    • Bradycardie  

Conduite à tenir : 
                    • Traitement symptomatique  
                    • Surveillance à domicile  
                    • Consultation médicale : en cas de symptomatologie intense ou persistante  

                                                                            Usage médicinal 

Parties utilisées : Fleurs 
Constituants :  
                • Huile essentielle riche en acides gras libres (acide palmitique) et en n-alcanes : hotriénol, oxyde de linalyle... 
               • Flavonoïdes : flavonols et leurs hétérosides (rutoside, isoquercitroside, hypéroside et quercitroside), astragaline, dérivés de l'isorhamnétol 
                • Dérivés de l'acide hydroxycinnamique : acides chlorogénique, p-coumarique, caféique et férulique   
                • Autres constituants : triterpènes (α- et β-amyrines), acides triterpéniques (acides ursolique, oléanolique), stérols libres, estérifiés et glycosylés, mucilages, tanins 
 
Indications (Cahier n°3 de l'Agence du Médicament, 1998) : 
                • Voie orale, traditionnellement utilisé : 
                          -  pour faciliter les fonctions d'élimination urinaire et digestive 
                          - comme adjuvant des régimes amaigrissants 
                          -  favoriser l'élimination rénale de l'eau 
 
Effets indésirables : Aucun connu à ce jour  
FloreTox
A,B,C....