Ricinus communis L.
Ricin

EUPHORBIACEAE
Description botanique : Plante dioïque herbacée en Europe, ligneuse dans les pays chauds, annuelle ou vivace à tige dressée robuste, creuse, rougeâtre.  
        • Feuilles : Grandes, alternes, longuement pétiolées, à limbe rougeâtre palmatilobé (5 à 12 lobes) et denté.  
        • Fleurs : Unisexuées, petites, regroupées en panicules denses au sommet des rameaux ; les fleurs mâles sont blanches et à la base du panicule, à nombreuses étamines ramifiées, aux anthères jaunâtres, les fleurs femelles sont rouges et au sommet à ovaire tricarpellé et à longs styles rougeâtres (floraison : mai-juillet).  
        • Fruits : Capsules tricoques généralement hérissées de pointes, vertes à pourprées, déhiscentes par 3 fentes.  
        • Graines : 3 graines ovoïdes lisses de taille variable, brillantes, marbrées de rouge noir ou brun.  
 
Habitat : Originaire d'Afrique et d'Asie, parfois subspontané en région méditerranéenne. Très commun aux Antilles.  
Ornementation : implanté dans de nombreux jardins. 
Risques principaux :
          • Déshydratation et choc hypovolémique  
          • Arythmie cardiaque
          • Convulsions  
          • Hypoglycémie, hémolyse  

Principes toxiques : 
          • Nature : Glycoprotéine : la ricine. Elle est formée de 2 unités : la sous-unité B, une lectine, qui permet de fixer la toxine sur les membranes cellulaires ; la sous-unité A, une enzyme qui inhibe la synthèse protéique des cellules eucaryotes.  
Le ricin contient également un allergène : le ricinallergène, qui fut la cause d'allergies graves dans les industries d'extraction de l'huile mais également à proximité des huileries de ricin.  
                            Acide ricinoléique 
         • Localisation : Dans l'amande des graines.  
         • Mode d'action : L'acide ricinoléique de l'huile de ricin est un purgatif drastique, provoquant une altération de la membrane intestinale d'ou perte d'eau et d'électrolytes.  

Circonstances d'intoxication : Ingestion accidentelle. Les graines de ricin avec d’autres graines toxiques, se retrouvent parfois insérées dans les colliers exotiques. Sucer ces graines peut avoir des conséquences non négligeables. 

Remarques :
         • Les lectines du ricin n'étant pas liposolubles, l'huile de ricin ne présente pas la toxicité de la graine ; par contre les tourteaux de ricin sont hautement concentrés en principes actifs. L’huile de Ricin est utilisée dans l’industrie (base pour la fabrication de peinture et laques).  
         • Dans certains pays, les graines seraient consommées, en particulier après avoir été grillées.  
         • Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Alliés avaient préparé, à partir d’extraits de Ricin des gaz de combat redoutables. 

Notions générales :
         • La toxicité de la ricine par voie orale est variable (de nombreux cas demeurent asymptomatiques, que la graine soit mâchée ou non), alors qu'elle est gravissime par voie parentérale.             
         • Le traitement repose sur la prévention du choc hypovolémique, la correction de l'hypoglycémie et de l'hémolyse  
         • La mortalité est quasiment nulle si l'intoxiqué est correctement pris en charge.
 
Doses toxiques : 
        • Dose toxique enfant : au-delà de 2 graines  
        • Dose toxique adulte : au-delà de 4 graines  

Eléments diagnostiques :
        • Graines avalées entières : Symptomatologie bénigne, voire inexistante.  
        • Ingestion de graines mastiquées : Délai d'apparition des symptômes : de 2 à 48 heures après l'ingestion.  
              o Irritation de la bouche et du pharynx  
              o Signes généraux : malaise, hyperthermie, frissons, sueurs froides  
              o Prédominance des troubles digestifs :  
                        Gastro-entérite sévère (vomissements violents, diarrhée profuse parfois sanglante) avec déshydratation secondaire, suivie d'un collapsus.   
                        Mégacôlon toxique (dilatation colique)  
              o Troubles neurologiques : mydriase, contractions tétaniques, spasme laryngé, convulsions  
              o Arythmie cardiaque  
              o Electrocardiogramme : allongement de l'intervalle QT  
              o Biologie : hypoglycémie, hémolyse  
              o Une technique radio-immunologique a été utilisée pour identifier et doser la ricine lors d'une intoxication aiguë  
 
        • Lors du contact cutané : dermite irritative, urticaire  
        • Les graines de ricin et leur poussière sont très allergéniques : asthme, œdème de Quincke, choc anaphylactique.  

Conduite à tenir :
        • Hospitalisation dès l'apparition de symptômes digestifs  
        • L'efficacité de l'épuration digestive n'est actuellement pas démontrée. 
Le lavage gastrique ainsi que l'administration de charbon activé sont à discuter au cas par cas  
        • Surveillance : retentissement des pertes digestive : hydratation, pression artérielle
        • Traitement symptomatique en milieu de réanimation :            
               o De la déshydration et des troubles hydro-électrolytiques  
               o De l'hypoglycémie  
               o De l'hémolyse  
               o Du choc anaphylactique  
               o Des convulsions et des troubles du rythme cardiaque  
  
FloreTox
A,B,C....