Ranunculus sp.
Renoncules

RANUNCULACEAE
Autre dénomination : Renoncules. 
 
Description botanique : Ce genre regroupe de nombreuse espèces de plantes herbacées terrestres ou aquatiques. 
         • R. acris L. : Renoncule âcre ou bouton d'or. 
Espèce de 20 à 80 cm vivace par un rhizome, à tige ramifiée velue  
             o Feuilles : Basales pétiolées profondément divisées en 3-7 segments étroits cunéiformes, incisés et pubescents à la base ; feuilles supérieures, sessiles, à segments linéaires, semblables aux feuilles basales mais bien plus petites  
             o Fleurs : Régulières jaune doré, 15-25 mm, à sépales érigés, velus, à pédoncule cylindrique poilu (floraison : avril – septembre)  
             o Fruits : Akènes à bec court, fourchu, en têtes arrondies
 
         • R. repens L. : Renoncule rampante.
Herbacée vivace très variable, généralement duveteuse, avec de longs stolons rampants, radicants aux nœuds  
             o Feuilles : En rosette, feuilles basales pétiolées, à 3 segments très dentés, le lobe médian étant pétiolulé 
             o Fleurs : Régulières jaune doré, 20-30 mm, à sépales étalés, en grappes lâches, irrégulières (floraison mai – septembre)  
             o Fruits : Akènes à bec grêle, incurvés 
 
         • R. bulbosus L. : Renoncule bulbeuse. 
Herbacée vivace très variable, duveteuse, aux tiges à base renflée en bulbe arrondi  
             o Feuilles : Basales pétiolées, à 3 segments lobés et dentés, le lobe médian étant pétiolulé ; feuilles supérieures, subsessiles, à segments linéaires.  
             o Fleurs : Régulières jaune vif, 20-30 mm, à sépales rabattus vers la tige, velus (floraison : mars – juillet).  
             o Fruits : Akènes larges, crochus à l'apex, en têtes arrondies.

         • R. sceleratus L. : Herbe scélérate, Herbe aux vaches. 
Herbacée annuelle très variable, assez vigoureuse, presque entièrement glabre  
             o Feuilles : Basales pétiolées divisées en 3 segments, eux mêmes lobés et dentés ; feuilles supérieures, sessiles, à 3 lobes ; toutes les feuilles sont d'un vert assez brillant.  
             o Fleurs : Régulières jaunes, 5-10 mm, groupées en grand nombre en grappes ramifiées ; pétales de même longueur que les sépales tournés vers le bas ; partie femelle au centre de la fleur de forme ovoïde allongée, proéminente (floraison : mai – septembre).  
             o Fruits : Akènes glabres à bec court et arrondi, en têtes allongées
 
Remarques : 
       • A noter l'existence d'autres espèces de renoncules : R. flammula L., petite douve, R. auricomus L., renoncule à tête d'or, R. sardous L., renoncule des marais et R. thora L, renoncule cabaret, ainsi que de très nombreuses autres, toutes potentiellement toxiques.  
       • Dans l'antiquité, le poison extrait de R. sardous L. fut utilisé au cours d'autosacrifices par les guerriers ibères vaincus au combat. Les anciens (Dioscoride, Pline) l'avaient baptisée "herbe sardonique", la supposant originaire de Sardaigne. Comme elle provoquait une crispation caractéristique du visage au moment de la mort, on parlait alors de "rire sardonique".  
       • R. thora L.(du grec phthora : destruction, perdition) fut utilisée autrefois par les chasseurs des Alpes et des Pyrénées pour empoisonner leur flèches.
 
Habitat : Prairies, bords des chemins, endroits ombragés et humides... 
Fréquence : Partout 
Principes toxiques :
       • Nature : Glucoside ; la ranunculine, hydrolysée en une lactone irritante : la proto-anémonine. Cette dernière est facilement détruite par dessication, d'où la relative innocuité des plantes sèches (utilisées pour le fourrage).  
       • Localisation : Plante entière mais surtout les feuilles. Teneur en ranunculine (par rapport à la matière sèche) :  
             - 1,37 mg/g pour R. acris
             - 7,7 mg/g pour R. bulbosus L. 
             - 0,12 mg/g pour R. repens L. 

Circonstances d'intoxication :
       • Contact avec la peau et les muqueuses  
       • Ingestion d'une partie de la plante  
       • Confusion avec la Ficaire : Ficaria ranunculoides Moench., autre renonculacée à feuilles comestibles (fleurs formées de 3 sépales et 6-12 pétales chez la Ficaire, de 5 sépales et 5 pétales chez les renoncules).
Remarque : le trolle d'Europe (Trollius europaeus L.) et le populage (Caltha palustris L.) sont aussi des Renonculacées. 

Eléments diagnostiques : 
       • En cas de succion et/ou de mastication : Irritation buccale (stomatite parfois sévère).  
       • En cas d'ingestion :  
              o Oesophagite, voire ulcération des muqueuses digestives hautes  
              o A fortes doses : Troubles circulatoires, dépression respiratoire  
       • Lors du contact : 
              o Cutané : dermite irritative  
              o Oculaire ou des paupières : blépharite, conjonctivite  

Conduite à tenir :
       • L'absence de symptômes plus de 2 heures après l'ingestion d'une partie de la plante (baie, feuille, tige, fleur...) est de bon pronostic.   
       • Traitement symptomatique : Décontamination bucco-labiale.      
       • En cas d'atteinte oculaire :  
               o Décontamination immédiate, prolongée (15 minutes)  
               o Consultation spécialisée si la symptomatologie persiste  
FloreTox
A,B,C....