Coriaria myrtifolia L.
Redoul

CORIARIACEAE
Autres dénominations : Corroyère, Sumac de Montpellier, Herbe aux tanneurs, Sumac de provence. 

Description botanique :
Arbrisseau de 1 à 3 m à rameaux arqués, grisâtres, quadrangulaires. 
            • Feuilles : Persistantes, opposées, simples, presque sessiles, entières, lancéolées, glabres, coriaces, à 3 nervures convergentes bien marquées  
            • Fleurs : Petites, verdâtres, en grappes dressées (floraison : avril-juillet)  
            • Fruits : En grappes, formés de 5 carpelles charnus en étoile, verts puis rouge noir et luisants, ressemblant à une mûre à maturité en juin-septembre ; ornés à la base de sépales cordiformes.  

Habitat : Méditerranée occidentale. 
Principes toxiques : 
            • Nature : Toxicité due à une lactone sesquiterpénique : la coriamyrtine, contenue dans toute la plante.  
           • Localisation : La teneur est maximale pendant les phases de croissance, dans les jeunes feuilles et rejets apparaissant en été sur les souches. Toute la plante est toxique.  

Circonstances d'intoxication : 
            • Le plus souvent, ingestion par les enfants des fruits facilement confondus avec des mûres  
            • Consommation d'escargots ramassés sur la plante, de lait de chèvre ayant brouté du Redoul  
Remarque : Autres Coriaria
            • Sous d'autres latitudes, les Coriaria sont responsables de la contamination des miels. C'est le cas du C. arborea Lindsay de Nouvelle-Zélande.  
            • En République populaire de Chine, le fruit de C. sinica Maxim. a été utilisé à des fins criminelles.  
 
Risques principaux : 
            • Troubles digestifs  
            • Convulsions  
            • Dépression respiratoire  
 
Notions générales :
            • Le redoul peut être à l'origine d'intoxications sévères  
            • L'ingestion de redoul est une cause à rechercher en présence de convulsions inexpliquées chez l'enfant.
            • En pratique, la majorité des cas restent asymptomatiques  

Eléments diagnostiques : Délai d'apparition des symptômes : de 1 à 5 heures après l'ingestion. 
            • Signes généraux : pâleur, céphalées, vertiges  
            • Irritation et sécheresse buccale  
            • Troubles digestifs : nausées, vomissements, douleurs abdominales  
En cas d'ingestion massive 
            • Troubles neurologiques  
                  o Trismus, opisthotonos, hyperéflexivité ostéo-tendineuse  
                  o Myosis ou mydriase, vertiges  
                  o Désorientation temporo-spatiale  
                  o Mais surtout convulsions évoluant vers un état de mal épileptique  
                  o Coma avec hypothermie 
            • Arythmie respiratoire avec risque d'apnée  

Conduite à tenir :
           • Pour l'ingestion de 1 à 2 fruits :  
                  o Traitement symptomatique  
                  o Surveillance à domicile  
                  o Consultation médicale : en cas de symptomatologie persistante  
           • Au-delà, ou en cas de symptomatologie intense  
                  o Transport médicalisé  
                  o Hospitalisation dans un service spécialisé  
                  o L'efficacité de l'épuration digestive n'est actuellement pas démontrée  
Le lavage gastrique ainsi que l'administration de charbon activé sont à discuter au cas par cas.  
                  o Traitement symptomatique des convulsions  
                  o Surveillance respiratoire et des complications liées aux convulsions 
FloreTox
A,B,C....