Papaver somniferum L. 
Pavot

PAPAVERACEAE 
Autres dénominations : Pavot officinal, Pavot de Perse, Pavot noir, Pavot à œillette, Pavot des jardins.  
 
Description botanique :  
Plante annuelle herbacée pouvant atteindre 1,5 m de hauteur, munie d’une seule tige dressée, le plus souvent glabre, d’un vert glauque cerclé de bleu-vert.  
          • Feuilles : Alternes allongées, molles, fortement innervées, dentelées de façon irrégulière. Les feuilles inférieures sont émarginées, les supérieures entières et embrassantes à la base.  
          • Fleurs : Solitaires, disposées sur de long pédoncules, à pétales blancs, rouges ou violets souvent tachés de noir à la base, avec de nombreuses étamines à anthères noires et à filets blanchâtres en forme de massue. La corolle comporte 4 pétales chiffonnés dans le bouton.  
         • Fruits : Capsules glabres sphériques à déhiscence variable, pouvant présenter de nombreux orifices et un plateau stigmatique aplati ; après incision, les capsules laissent exsuder un latex blanc servant à la préparation de l'opium ; de nombreuses et minuscules graines de couleur blanche, grise, noire ou jaune sont présentes.  
 
Remarque : Le pavot est une plante médicinale utilisée depuis plus de 3000 ans avant J.C. contre la douleur, les insomnies, comme antidiarrhéique… il est cultivé pour l’obtention de l’opium officinal . 
 
Habitat : Plante probablement originaire d’Asie ou de la région méditerranéenne ; de nos jours, elle est rarement spontanée, mais cultivée ou éventuellement devenue sauvage à partir de ces cultures. 
Principes toxiques :  
Nature : Plus de 170 alcaloïdes différents (papavérine, noscapine…) ont été isolés à partir d’une trentaine d’espèces.  
 
Circonstances d'intoxication :  
         • Toxicomanie  
         • Consommation de tisanes (bouillon des capsules...), mais cet usage est plutôt ancestral.  
 
Eléments diagnostiques :  
Lors d’une intoxication aiguë, on observe :  
            - Un syndrome opiacé constitué de : 
                      1 )Un effet sur le système nerveux central : délire, anxiété, convulsions…  
                      2) Un effet dépresseur respiratoire : bradypnée, des troubles du rythme, une tachycardie  
                      3) Un myosis 
           - Des vomissements  
           - La mort survient généralement par paralysie respiratoire.  
 
Lors des intoxications chroniques, les toxicomanes arrivent à consommer des quantités très importantes de drogue, compte tenu de l’installation d’un phénomène de tolérance et de dépendance. Ceci engendre une diminution des facultés intellectuelles, un amaigrissement, un repli sur soi.  
 
Conduite à tenir :  
Prise en charge en urgence en cas d'intoxication : 
            Traitement symptomatique : intubation, ventilation assistée et surveillance 
            Traitement spécifique : 
                  • Naloxone (Narcan*) en IV, IM ou SC qui est un antagoniste pur des opiacés 
                               Levée du myosis et de la dépression respiratoire 
                               Action brève (30min) donc administrations répétées 
                  • Administration de charbon activé à discuter au cas par cas dans un intervalle de 1 à 2 heures après l’absorption du poison. 
FloreTox
A,B,C....