Rhamnus catharticus L. 
Nerprun purgatif 

RHAMNACEAE
Description botanique : Arbuste ou petit arbre caduc, jusqu'à 6 mètres de haut, dont les branches âgées, noirâtres, courtes et étalées sont terminées par une pointe épineuse.
         • Feuilles : Opposées sur les jeunes rameaux, alternes sur les rameaux âgés, longuement pétiolées, ovales, aiguës au sommet, régulièrement et finement dentelées.  
         • Fleurs : Jaune verdâtre, 3-4 mm, disposées en cymes et en fascicules denses à l'aisselle des feuilles (floraison : mai – juin).  
         • Fruits : Drupes, 1 cm, vertes puis noires et luisantes à maturité, à saveur douce puis amère et désagréable (maturité : automne).  
 
Habitat : Bois, broussailles, haies, sur sol calcaire, jusqu'à 1500 m d'altitude. 
 
Fréquence : Assez commun.
Principes toxiques : Plante à considérer comme légèrement toxique  
            • Nature : Hétérosides anthraquinoniques et dérivés anthracéniques  
            • Localisation : Fruits utilisés à faible dose en thérapeutique pour leurs vertus laxatives. 
 
Circonstances d'intoxication : Ingestion des fruits. 
Confusion possible : Le nerprun purgatif peut être confondu avec le cornouiller sanguin (Cornus sanguinea L.) aux feuilles opposées et non dentées ainsi qu'avec la bourdaine.
 
Eléments diagnostiques :  
            • Troubles intestinaux : diarrhées  
            • A fortes doses : mydriase, convulsions  
 
Conduite à tenir : 
            • Traitement symptomatique  
            • Surveillance à domicile  
            • Consultation médicale : en cas de symptomatologie intense ou persistante  
 
Remarque : 
En cas d’'utilisation chronique de laxatifs anthracéniques, risque de  
           - perturbation de l'équilibre électrolytique (notamment perte de potassium) 
           - atonie des muscles intestinaux (avec nécessité d'augmenter les doses) 
           - arythmie cardiaque (risque majoré par les diurétiques hypokaliémiants) 
           - altération irrémédiable de l'épithélium et de la muqueuse intestinale (avec spasmes intestinaux, perte de mucus) 
                                                                  Usage médicinal

Partie utilisée : Pulpe du fruit (improprement appelées "baies") 

Constituants :  
          • Hétérosides anthraquinoniques : glucofranguloside A, émodine, diacétylglucofranguloside A 
          • Tanins : oligomères proanthocyanidiques 
          • Flavonoïdes 
          • Autres constituants : mono- et oligosaccharides, pectines, acide ascorbique 
 
Indications (Cahier n°3 de l'Agence du Médicament, 1998) : 
Voie orale : Traitement symptomatique de la constipation 
 
Effets indésirables : Dans de rares cas, des spasmes gastro-intestinaux ont été observés, surtout chez les patients présentant un côlon irritable, nécessitant alors une réduction de la dose. Une coloration jaune-brun ou rouge-brun de l'urine (dépendant du pH) par des métabolites peut survenir, mais sans signification sur le plan clinique. 
En cas d'usage chronique ou d'abus : 
         - perte en électrolytes, surtout de potassium, pouvant induire des perturbations des fonctions cardiaques et une faiblesse musculaire, particulièrement en cas de prise simultanée d'hétérosides cardiotoniques, de diurétiques et de corticostéroïdes ; 
         - albuminurie et hématurie ; 
         - pigmentation non pathogène des muqueuses intestinales (Pseudomelanosis coli), régressant à l'arrêt du traitement. 
FloreTox
A,B,C....