Solanum nigrum L.
Morelle noire

SOLANACEAE
Autres dénominations : Amourette, Crève chien, Herbe à gale, Herbe aux magiciens, Herbe maure, Morette, Mourelle, Raisin de loups, Tue chien.  
 
Description botanique : Plante annuelle herbacée de 10 à 60 cm à tiges dressées, ramifiées et à odeur fétide, glabre ou peu poilue.  
         • Feuilles : Pétiolées, alternes, entières ou crénelées, lancéolées, molles, vert sombre  
         • Fleurs : Régulières de type 5, 10-14 mm, à corolle étalée rotacée blanche, à étamines à anthères jaune pâle, groupées en corymbes (floraison : juin-septembre)  
         • Fruits : Baies sphériques (6 à 10 mm), entourées d'un calice à 5 lobes, longtemps vertes puis noires à maturité (maturation : septembre-octobre), à pulpe charnue violacée et contenant des graines lenticulaires aplaties  
 
Habitat :  
        • Mauvaise herbe des décombres, terrains vagues, labourés ou cultivés, cours de ferme, souvent sur sol riche en éléments nutritifs, jardins et cultures, jusqu'à 1700 m.       
        • Très commun
Risques principaux : 
         • Troubles digestifs  
         • Syndrome anticholinergique

Principes toxiques : 
         • Nature : Glucoalcaloïdes : principalement la solanine mais aussi solasonine, solamargine.  
         • Localisation : Surtout dans les feuilles (avec une grande variabilité de 0 à 2%) et dans les fruits verts (1,3% en moyenne) ; les fruits mûrs en sont dépourvus : disparition progressive des alcaloïdes au cours de la maturation.  

Circonstances d'intoxication : 
        • Ingestion des baies, surtout par les enfants.  
        • Baies parfois retrouvées dans les conserves de petits pois ou haricots (récolte mécanisée), mais toxicité négligeable, la cuisson détruisant une grande partie de la solanine.  

Notions générales : 
        • Exceptionnellement à l'origine d'intoxications graves  
        • La variabilité chimique des plantes composant cette espèce, la disparition progressive des alcaloïdes au cours de la maturation et les différents degrés de maturité des fruits expliqueraient la grande variabilité de toxicité de cette plante  

Eléments diagnostiques : La majorité des cas reste asymptomatique. 
       • Pour l'ingestion de 3 à 10 baies, si des symptômes apparaissent ils sont en général bénins  
             o Irritation des muqueuses  
             o Troubles digestifs : nausées, vomissements, douleurs abdominales, diarrhée  
             o Signes atropiniques légers :  
                       Sécheresse des muqueuses, polydipsie, tachycardie, hyperthermie  
                       Troubles neurologiques : céphalées, mydriase, vertiges, somnolence ou agitation, tremblements  
       • Au-delà de 10 baies :  
Signes anticholinergiques centraux : troubles de la conscience, incoordination motrice, délire, convulsions, voire coma yporéflexique  

Conduite à tenir : 
        • Moins de 10 baies  
             o Traitement symptomatique  
             o Surveillance à domicile  
             o Consultation médicale : en cas de symptomatologie intense ou persistante  
         • Au-delà de 10 baies  
             o Hospitalisation  
             o L'absence de symptômes plus de 2 heures après l'ingestion d'une partie de la plante (baie, feuille, tige, fleur...) est de bon pronostic  
             o L'efficacité de l'épuration digestive n'est actuellement pas démontrée 
Le lavage gastrique ainsi que l'administration de charbon activé sont à discuter au cas par cas  
             o Traitement symptomatique des convulsions  
  
FloreTox
A,B,C....