Aesculus hippocastanum L.
Marronnier d'Inde

HIPPOCASTANACEAE
Autre espèce du genre : A. x carnea Zeyher, le marronnier rouge à fleurs roses ou rouges, bourgeons non visqueux et fruits non épineux.

Description botanique : Arbre de grande taille (jusqu'à 20 m), caduc, à tronc marron et à bourgeons bruns visqueux.  
         • Feuilles : Opposées, grandes, palmées, composées de 5 à 7 folioles dentées et longuement pétiolées  
         • Fleurs : Blanches tachées de rose, groupées en grappes de cymes de forme pyramidale, odorantes (floraison : mai-juin)  
         • Fruits : Capsule verte épineuse vert jaunâtre à maturité, se fendant en 2-3 parties pour libérer 1-2 graines ("marrons")  
         • Graines : Globuleuses, à tégument luisant marron marqué d'une tache blanchâtre (correspondant au hile) 

Habitat : Arbre d'ornement et d'ombrage, parc et jardins. 
Fréquence : Planté partout en France pour son port majestueux et également pour procurer un ombrage apprécié des citadins
Risques principaux : 
      • Collapsus  
      • Troubles neurologiques  
 
Principes toxiques : 
      • Nature : Saponosides toxiques (aesculine)  
      • Localisation : Les graines ("marrons") sont les organes les plus fréquemment incriminés même si la toxicité des bourgeons ou des jeunes feuilles n'est pas à exclure.  
 
Circonstances d'intoxication : Le plus souvent due à l'ingestion des graines confondues avec celles du châtaignier, mais rare du fait de leur âcreté. La toxicité du marron d'Inde pris par voie orale serait réduite car les saponosides sont très faiblement absorbés.  
 
Remarque : Espèce à considérer comme potentiellement toxique, surtout pour le bétail.  
 
Eléments diagnostiques : 
L'intoxication se limite habituellement à :  
        • Signes généraux : hyperthermie, congestion du visage  
        • Troubles digestifs : nausées, vomissements, douleurs abdominales, diarrhée 
        • Manifestations allergiques, voire anaphylaxie  
 
En cas d'intoxication massive  
        • Troubles neurologiques : céphalées, mydriase, phases de délire entrecoupées de phases de somnolence.  
        • Troubles cardio-vasculaires : hypotension artérielle, collapsus.  
 
Conduite à tenir : 
        • L'absence de symptômes plus de 2 heures après l'ingestion d'une partie de la plante (baie, feuille, tige, fleur...) est de bon pronostic  
        • En faible quantité : traitement symptomatique et surveillance à domicile  
        • Consultation médicale, voire hospitalisation :
               o En cas de symptomatologie intense ou persistante  
               o En cas d'intoxication massive

 
                                                                          Usage médicinal
 
Partie utilisée : Graine séchée  
 
Constituants :  
            • Mélange complexe de saponosides parmi lequel on distingue :  
                    - une fraction cristallisable dénommée β-aescine ou aescine et comportant plus de 30 hétérosides  
                    - deux aglycones triterpéniques : protoaescigénine et barringtogénol C  
                    - une fraction hydrosoluble appelée cryptoaescine ou α-aescine  
            • Flavonoïdes : quercétol et kaempférol  
            • Tanins surtout localisés dans les téguments  
            • Coumarines : esculoside et fraxoside  
            • Huile essentielle  
            • Huile grasse : triterpènes, stérols méthyliques, stérols  
            • Protéines : lectines  
            • Polysaccharides dont 50 % d'amidon  
 
Indications (Cahier n°3 de l'Agence du Médicament, 1998) :  
 
             • Voie orale :  
                   - Traditionnellement utilisé dans le traitement symptomatique des troubles fonctionnels de la fragilité capillaire cutanée, tels que ecchymoses, pétéchies  
                   - Traditionnellement utilisé dans les manifestations subjectives de l'insuffisance veineuse telles que les jambes lourdes et dans la symptomatologie hémorroïdaire  
              • Usage local :  
                  - Traditionnellement utilisé dans le traitement symptomatique des troubles fonctionnels de la fragilité capillaire cutanée, tels que ecchymoses, pétéchies  
                  - Traditionnellement utilisé dans les manifestations subjectives de l'insuffisance veineuse telles que les jambes lourdes  
                  - Traditionnellement utilisé dans la symptomatologie hémorroïdaire  
 
Effets indésirables :  
Dans de rares cas, l'absorption par voie orale des extraits peut engendrer des irritations des muqueuses du tractus gastro-intestinal, des nausées, des troubles digestifs ou un prurit.  

FloreTox
A,B,C....