Hedera helix L.
Lierre grimpant

ARALIACEAE
Autres dénominations : Lierre grimpant, Bourreau des arbres, Herbe à cautère, Herbe à cors, Herbe de Saint-Jean, Hierre, Joli bois, Lierret, Rampe de bois, Rampe des maisons.

Description botanique :
Arbrisseau rampant ou grimpant, grâce à des racines crampons. 
          • Feuilles : Persistantes, alternes, pétiolées, luisantes, coriaces, à 3 ou 5 lobes sur les rameaux stériles (rampants) et entières lancéolées sur les rameaux fertiles (dressés)  
          • Fleurs : Petites, jaune verdâtre, en ombelles terminales sur les tiges dressées héliophiles (floraison : septembre-octobre)  
          • Fruits : Baies globuleuses (6 à 8 mm), cerclées d'un disque brun au sommet, bleu noirâtre à maturité, à surface pruineuse, et à chair rougeâtre contenant 3 à 5 graines 
Remarques : 
       • A noter l'existence d'autres espèce de lierre à la toxicité analogue : H. hibernica L., lierre d'Irlande et H. canariensis L., lierre des Canaries. 

Habitat 
         • Bois, rochers, murs, très commun jusqu'à 1200 m  
         • Ornementation  
Risques principaux :
 
         • Troubles digestifs  
          • Troubles neurologiques  

Principes toxiques :
          • Nature : 
                o Saponosides triterpeniques (hédéracosides) 
                o Polyine: le falcarinol, allergène principal responsable de dermatites  
          • Localisation : Dans les feuilles, tiges et les baies.  

Circonstances d'intoxication : 
          • Consommation des baies par les enfants (deux ou trois baies provoquent des troubles digestifs). 
          • Manipulations répétées responsables de dermites de contact  

Notions générales : Les symptômes sont généralement bénins, même si les saponosides contenus dans les baies sont potentiellement toxiques. La toxicité réelle des baies est discutée (identification incertaine, quantité ingérée méconnue, texture, dureté et goût rendant une consommation massive de baies fort peu probable...) 

Eléments diagnostiques :
          • Lors de l'ingestion de plus de 10 baies  : troubles digestifs parfois sévères comme des vomissements ou diarrhées.  
          • Risques théoriques : 
                 o Troubles neurologiques : Céphalées, agitation, délire, mydriase convulsions, voire coma  
                 o Vasoconstriction, bradycardie 
                 o Dépression respiratoire  
          • Lors du contact cutané :  
                 o Dermatites cutanées : érythème, lésions vésiculeuses, érosion cutanée 
                 o Oedèmes, douleurs 
                 o Photosensibilisation, allergies 
 
Conduite à tenir :
          • L'absence de symptômes plus de 2 heures après l'ingestion d'une partie de la plante (baie, feuille, tige, fleur...) est de bon pronostic  
          • Traitement symptomatique  
          • Surveillance à domicile  
          • Consultation médicale  
                 o Au-delà de 10 baies  
                 o En cas de symptomatologie intense ou persistante  

                                                                         Usage médicinal

Parties utilisées : Bois et feuilles 

Constituants :  
         • Saponosides triterpéniques : hédérosaponine B à I, surtout hédérasaponine C (= hédéracoside C) 
         • Flavonoïdes : quercétol et kaempférol et leur 3-O-rutinosides et 3-O-glucosides (isoquercitroside et astragaline) 
         • Dérivés de l'acide caféique : acides chlorogénique, néochlorogénique, 4,5- et 3,5-dicaféylquinique ainsi que l'acide R-(+)-rosmarinique, acides caféique et protocatéchique, scopoline  
         • Dérivés polyacétyléniques : falcarinone, falcarinol, 11,12-didéhydrofalcarinol 
         • Stérols : stigmastérol, sitostérol, cholestérol, campestérol... 
         • Huiles essentielles : méthyléthylcétone, méthylisobutylcétone, trans-hexénal, germacrène D, β-caryophyllène, sabinène, α- et β- pinènes, limonène... 
 
Indications (Cahier n°3 de l'Agence du Médicament, 1998) : 
         • Voie orale : 
                 - Traditionnellement utilisé dans le traitement symptomatique de la toux 
                 - Traditionnellement utilisé au cours des affections bronchiques aigues bénignes 
         • Usage local : 
                 - Traditionnellement utilisé en usage local comme traitement d'appoint adoucissant et antiprurigineux des affections dermatologiques, comme trophique protecteur dans le traitement des crevasses, écorchures, gerçures et contre les piqûres d'insectes 
                 - Traditionnellement utilisé comme adjuvant des régimes amaigrissants 
 
Effets indésirables : Aucun connu à ce jour 

FloreTox
A,B,C....