Prunus laurocerasus L.
Laurier cerise

ROSACEAE
Autres dénominations : Laurier à lait, Laurier amandier, Laurier aux crèmes, Laurier royal, Laurine, Laurier de Trébizonde.

Description botanique :
Arbuste de 2 à 6 m, persistant, aux jeunes pousses vert pâle, à rameaux à écorce noirâtre 
           • Feuilles : Persistantes, vert foncé, alternes,luisantes, pétiolées, lancéolées, dentées, coriaces, dégageant par froissement une odeur d'amande amère (aldéhyde benzoïque). Vers la base du limbe, de part et d’autre de la nervure centrale, on observe deux à six glandes aplaties qui brunissent après la récolte des feuilles. 
          • Fleurs : Régulières de type 5, blanches, 7-9 mm, parfumées, en grappes minces axillaires, érigées, plutôt raides (floraison : avril-juin)  
          • Fruits : Drupes ovoïdes en grappes, acuminées, de 1 à 2 cm de diamètre, rouges puis noires à maturité en septembre-octobre, de saveur amère et contenant un noyau très dur 
          • Fleurs et fruits sont rarement présents car cet arbuste est régulièrement taillé (souvent 2 fois par an) et n'a donc pas l'opportunité de fleurir.


Laurier-cerise Otto Luyken : variété naine à feuilles plus petites, formant des haies basses, et pouvant être confondu avec le laurier-sauce

Habitat :
          • Bois clair et haies, parcs et jardins  
          • Commun  
Risques principaux : Lors d'ingestion massive de feuilles ou de fruits (contexte suicidaire) : anoxie cérébrale. 

Principes toxiques :
              • Nature : Hétérosides cyanogénétiques : prunanoside et amygdaloside.  
                                 Hétérosides cyanogénétiques contenus aussi dans les amandes des noyaux et pépins des fruits d'autres rosacées (abricot, pêche, pomme, prune, cerise...) ; des doses théoriquement létales en acide cyanhydrique pourraient être ingérées. 
              • Localisation : Dans toute la plante, sauf dans la pulpe du fruit.  
                      o Prunanoside dans les feuilles (0,10-0,15% en acide cyanhydrique) ; la teneur varie avec la saison et l'âge de la feuille (maximale l'été et dans la feuille fraîche)  
                      o Amygdaloside dans les graines  
Présence également de béta-glucosidases ne se trouvant pas en contact avec les hétérosides cyanogénétiques : la libération de l'acide cyanhydrique par hydrolyse des hétérosides sous l'action de ces enzymes a lieu uniquement après broyage, mastication. 
L'hydrolyse produit aussi du benzaldéhyde, ou essence d'amande amère. 

Circonstances d'intoxication : 
              • Par les fruits : fréquente mais généralement sans risques car seule la pulpe est mâchée, et le noyau très dur est soit craché, soit avalé sans être mastiqué  
              • Par les feuilles : à risque mais ingestion rare par les enfants, du fait de leur consistance coriace 

Remarques :
              • La feuille du laurier-cerise a pu être confondue avec celle du laurier-rose (Nerium oleander L.), ou celle du laurier-sauce (Laurus nobilis L.). Mais aucun cas d'intoxication symptomatique n'a été retrouvé dans cette circonstance.  
              • Les feuilles sont utilisées pour préparer l'eau distillée de laurier-cerise, officinale, aromatisante et stimulant respiratoire. 
 
Notions générales :
              • Dans un contexte d'intoxication accidentelle de fruits, la symptomatologie observée est habituellement bénigne (noyau coriace non rompu).  
              • Intoxication potentiellement grave dans un contexte d'ingestion volontaire de feuilles. 
              • Les feuilles et l'amande (noyau rompu) contiennent des hétérosides cyanogénétiques pouvant être à l'origine à fortes doses d'une intoxication cyanhydrique (toxicité théorique à la fois neurologique et respiratoire).  
              
Eléments diagnostiques : Délai d'apparition des symptômes : quelques heures. 
Ingestion :
             • Pulpe du fruit : Troubles digestifs (effet laxatif)  
             • Moins de 5 fruits rompus et croqués  
                    o Troubles digestifs : nausées, vomissements, douleurs abdominales  
                    o Asthénie  
                    o Troubles neurologiques : céphalées, anxiété, vertiges, somnolence, agitation 
                    o Troubles cardio-vasculaires : tachycardie sinusale, hypertension artérielle  
             • Au-delà de 10 fruits rompus et croqués  
                    o Hypersalivation  
                    o Troubles neurologiques : faiblesse musculaire, ataxie, convulsions, trouble de conscience voire coma  
                    o Dépression respiratoire, cyanose  

Conduite à tenir :
             • Pour quelques fruits (4 à 5) :  
                   o Traitement symptomatique  
                   o Surveillance à domicile  
                   o Consultation médicale : en cas de symptomatologie intense ou persistante  
             • A fortes doses (au-delà de 10 fruits) : 
                   o Hospitalisation, dosage de l'acide lactique  
                   o L'efficacité de l'épuration digestive n'est actuellement pas démontrée 
                      L'administration de charbon activé est à discuter au cas par cas.  
                   o Dans les cas graves, traitement de l'intoxication cyanhydrique (Cyanokit® ou hydroxocobalamine) parfois nécessaire  
FloreTox
A,B,C....