Hyoscyamus niger L. 
Jusquiame noire

SOLANACEAE
Nom commun : Potelée. 

Description botanique :  
Plante herbacée de 30-80 cm, velue et visqueuse, à odeur repoussante, annuelle ou bisannuelle. 
         • Tige : Dressée, unique ou peu ramifiée.  
         • Feuilles : Alternes, pétiolées à la base, sessiles ou embrassantes sur la tige, à grandes dents aiguës, vert pâle, molles et velues  
         • Fleurs : Rassemblées au bout de la tige, grandes, corolle à 5 lobes jaune sale veinée de violet, entourée du calice à 5 dents (floraison : mai-septembre)  
         • Fruits : Pyxide à 2 loges renflées à la base, s'ouvrant au sommet par un couvercle à 5 pointes aiguës, et contenant de nombreuses petites graines brunes réniformes chagrinées  
 
Autre espèce : H. albus L., la jusquiame blanche à fleurs jaune pâle non veinées, dans le midi de la France. Egalement toxique. 

Habitat : Terrains nus ou labourés, surtout près de la mer, près de bâtiments agricoles, sur sol légers, riche en éléments nutritifs, jusqu'à 1700 m d'altitude. 

Fréquence : Assez rare, absent au Sud-Est 
Risques principaux :    
            • Défaillance cardio-respiratoire  
            • Etat d'agitation aigu, convulsions 

Principes toxiques :
            • Nature : Alcaloïdes tropaniques (surtout hyoscyamine et scopolamine)  
                  o L'hyosciamine est majoritaire  
                  o La teneur en scopolamine peut être importante (25 à 40% des alcaloïdes totaux) 
                  o Atropine  
Remarque : La scopolamine serait la principale responsable du pouvoir hallucinogène des solanacées                 
           • Localisation : La teneur en alcaloïdes est souvent faible (0,05-0,15%), sauf dans les graines (0,3%). 
 Toute la plante est toxique, mais surtout les graines.  

Circonstances d'intoxication : 
Exceptionnelles :  
           • L'odeur ainsi que l'aspect velu de la plante limitent les risques d'intoxication  
           • Confusion possible de la racine avec celle du persil  

Eléments diagnostiques : Les symptômes sont identiques à ceux induits par le datura ou la belladone. 
Délai d'apparition des symptômes : de quelques dizaines de minutes (décoction ou infusion) à 20 heures (atonie intestinale ralentissant l'absorption). 
         • Syndrome anticholinergique (bouche sèche, constipation, mydriase, troubles de l'accommodation, élévation de la pression intra-oculaire, diminution de la sécrétion lacrymale, tachycardie, risque de rétention urinaire et de glaucome aigu en cas de glaucome à angle fermé) 

En cas d'intoxication grave (au-delà de 15 fruits) 
          • Signes centraux :  
                 o Confusion, agitation, délire, hallucinations  
                 o Convulsions, coma  
          • Décès consécutif à la dépression cardio-respiratoire  

Conduite à tenir : 
          • Hospitalisation  
                o En cas de symptômes importants  
                o Au-delà de 2 baies chez l'enfant, de 10 baies chez l'adulte  
          • L'efficacité de l'épuration digestive n'est actuellement pas démontrée  
Le lavage gastrique ainsi que l'administration de charbon activé sont à discuter au cas par cas  
          • Mise au calme en chambre peu éclairée  
          • Traitement symptomatique  
                o De l'agitation : sédatifs (ex. : benzodiazépines)  
                o Des convulsions  
                o Les produits ayant une activité anticholinergique (neuroleptiques) doivent être évités  
          • Surveillance neurologique et cardiaque (scope)
FloreTox
A,B,C....