Narcissus pseudo-narcissus L.
Jonquille

AMARYLLIDACEAE
Autres dénominations : 
 
Description botanique : 
Herbacée vivace bulbeuse, très variable, glabre, à hampe florale dépourvue de feuilles, souvent en touffe. Jusqu'à 40 cm  
           • Feuilles : 2 à 4, étroites et très allongées, basales, gris vert, linéaires  
           • Fleurs : Régulières, jaune crème à pâle, 20-35 mm, en grande trompette, avec une coronule jaune foncé, aussi longue que les tépales, en général solitaires, penchées au sommet de la tige et sortant d'une spathe engainante (floraison : mars-mai)  
           • Fruits : Capsules globuleuses à 3 valves  
 
Une trentaine d'espèces dans le genre dont :  
           • N. poeticus L. (narcisse des poètes), à fleurs odorantes blanches (bord de la couronne jaune pâle ourlé de pourpre)  
           • N. tazetta L. (narcisse tazette) dans le midi, à fleurs blanches et jaunes  
           • N. odorus L. (narcisse odorant) dans le midi, à fleurs jaunes  
 
Habitat : 
           • Prairies, bois clairs de feuillus, allées, terrains vagues, des vallées de plaines aux collines et montagnes, jusqu'à 2200 m d'altitude  
           • Cultivé pour l'ornementation  
Largement cultivé en Grande-Bretagne, France, Pays-Bas, Allemagne, naturalisée ailleurs.  
 
Remarques : 
           • Narcisse vient de narkê, racine de narcotique, la substance qui endort. Il s’agit ici du parfum des narcisses dont on dit qu’il est entêtant. Si puissant que l’on déconseille de mettre son bouquet dans une chambre à coucher hermétiquement close.  
           • Narcisse, le héros mythique, fut victime de sa propre image dont il était tombé amoureux, au point de se noyer dans son reflet. Ce serait depuis ce jour que les inflorescences de Narcisses regardent vers le sol.  
           • Usage traditionnel alimentaire est fréquent en angleterre où les fleurs entrent dans la composition de sucreries et friandises commercialisées. 
Principes toxiques :
        • Nature : 
             o Alcaloïdes isoquinoléiques (lycorine, galanthamine, narciclasine, haemanthamine, oduline, masonine)  
             o Raphides d'oxalates de calcium (à l'origine de dermites lors de la manipulation des bulbes)  
        • Localisation : Surtout concentrés dans les bulbes mais aussi tiges et feuilles  
 
Circonstances d'intoxication : 
        • Contact : Manipulation des bulbes  
        • Ingestion par confusion :  
                  o Avec les bulbes comestibles de Liliacées (oignon, échalote)  
                  o Avec celles d'espèces comestibles (feuilles de jonquille confondues avec celles de poireaux)  
 
Risques principaux : 
        • Troubles digestifs  
        • Manifestations allergiques  
 
Notions générales : Aucune intoxication grave rapportée chez l'homme.  
 
Eléments diagnostiques : 
        • Lors de l'ingestion (fortes doses ou confusion alimentaires avec les bulbes) : 
        Apparition des symptômes dans les heures qui suivent l'ingestion.  
                o Troubles digestifs : gastro-entérite (nausées, hypersalivation, vomissements, diarrhée profuse) d'évolution rapidement favorable  
                o Troubles nerveux : sensation de froid, tremblements, lipothymie, paralysie  
                o Troubles cardiaques : bradycardie, hypotension  
        • Lors du contact cutané : 
                o Dermite irritative dans la majorité des cas  
                o Parfois dermite allergique de contact  
        • Lors du contact ou de l'inhalation de substances aéroportées  
                o Manifestations allergiques : blépharite, rhino-conjonctivite, enrouement avec dyspnée  
 
Conduite à tenir :  
En cas d'ingestion
        • Traitement symptomatique  
        • Surveillance à domicile  
        • Consultation médicale : en cas de symptomatologie intense ou persistante 
FloreTox
A,B,C....