Taxus baccata L.
If

TAXACEAE
Autres appellations : If à baie, Ifreteau. 

Description : 
Arbre dioïque de longévité exceptionnelle pouvant atteindre 20 m à tronc à écorce rougeâtre crevassée. 
        • Feuilles : Aiguilles molles (1-3 cm x 1-3 mm), aplaties, pointues mais non piquantes, disposées dans un plan, vert foncé en dessus et vert jaunâtre en dessous avec deux sillons blanchâtres de part et d’autre de la nervure médiane. 
        • Fleurs mâles : Jaunes, minuscules, réduites à des étamines                  (floraison : mars-avril)  
        • Fleurs femelles : Verdâtres, isolées le long des rameaux  
        • Fruits (seulement sur les pieds femelles): Formés d'une graine ovoïde noire et dure entourée d'une arille verte puis rouge à maturité en octobre, charnue, mucilagineuse, de saveur sucrée; la graine est visible par l'extrémité distale ouverte de l'arille. 

Habitat : Haies, forêts humides de plaine et basse montagne, jusqu'à 1500 m. 

Fréquence : Montagnes, et massivement planté 
Principes toxiques : 
           • Nature : Diterpènes à noyau taxane, en particulier la taxine et le taxol, traces d'éphédrine. 
           • Localisation : Tout l'arbre est toxique, y compris la graine, sauf l'arille. Concentration maximale en hiver et dans les vieilles feuilles.  
           • Mode d'action : Le taxol inhibe la dépolymérisation des microtubules en tubuline.  

Risques principaux : 
           • Dépression cardio-respiratoire, arythmie  
           • Convulsions : La taxine (alcaloïde) est un poison nerveux. 
           • Le tégument externe de la graine n'est pas altéré par son passage dans le tube digestif.  
L'intoxication n'apparaissant qu'en cas de mastication d'une partie toxique de la plante (graines et feuilles), il faut donc interroger la victime sur le goût de ce qu'il a avalé :  
                    • Goût sucré (arille) : non toxique  
                    • Goût amer : toxique 

Circonstances d'intoxication :
         • Accidentelle : ingestion des fruits par les enfants, mais sans gravité en général car la graine très amère (qui contient les principes toxiques) est souvent recrachée ou avalée sans être mastiquée ; seule l'arille sucrée est mâchée  
         • Volontaire : ingestion des feuilles dans un but de suicide (en nature ou après décoction)  

Eléments diagnostiques : 
         Pour moins de 3 graines ingérées, dans la majorité des cas cette intoxication reste asymptomatique. 
         Au-delà de 3 graines, apparition des symptômes dans l'heure qui suit l'ingestion. Deux à trois graines brunes mâchées tuent un enfant. 
                  • Troubles digestifs : nausées, vomissements, douleurs abdominales, diarrhée cholériforme  
                  • Troubles neurologiques  
                               o Tremblements, vertiges, troubles visuels, mydriase  
                               o Somnolence ou agitation, délire  
                               o Convulsions, coma  
                  • Symptômes cutanés ou muqueux (visage livide, lèvres cyanosées) 
                  • Dépression respiratoire  
                  • Troubles cardiaques  
                               o Hypotension artérielle, bradycardie, troubles du rythme et de la conduction  
                               o Collapsus, asystolie  

Conduite à tenir :
                  • Hospitalisation : en cas d'ingestion de graines mastiquées  
                 • L'absence de symptômes plus de 2 heures après l'ingestion d'une partie de la plante (baie, feuille, tige, fleur...) est de bon pronostic  
                  • L'efficacité de l'épuration digestive n'est actuellement pas démontrée 
            Le lavage gastrique ainsi que l'administration de charbon activé sont à discuter au cas par cas  
                  • En cas d'ingestion de feuilles en grande quantité : discussion d'une fibroscopie digestive pour morceler ces dernières et permettre une meilleur élimination  
                  • Traitement symptomatique  
                     o Des convulsions  
                     o De la bradycardie : atropine  
                     o De l'arythmie : antiarythmiques (lidocaïne), entraînement électrosystolique ou stimulation externe  
                     o Du collapsus  
                    o Une amélioration spectaculaire des troubles électrocardiographiques et cliniques par alcalinisation a été rapportée  
                 • Surveillance cardiaque (cardioscope)  
FloreTox
A,B,C....