Viscum album L.
Gui

LORANTHACEAE
Autres dénominations : Blondeau, Bois de la Sainte-Croix, Bouchon, Gillon, Verquet, Vert de pommier.

Description botanique :  
Sous-arbrisseau hémiparasite dioïque, vivace, en touffes sphériques, possédant des suçoirs profondément enfoncés dans le bois des branches de l'hôte dont il utilise la sève. 
         • Tige : Dichotomique  
         • Feuilles : Opposées, persistantes, entières à nervures parallèles, allongées, coriaces et d'un vert jaunâtre  
         • Fleurs : Unisexuées, petites, jaunâtres, en petits groupes, au sommet des rameaux et à l'aisselle des feuilles (floraison : mars-mai)  
         • Fruits : Baies globuleuses, charnues (0,8 cm), blanches translucides, pulpe très visqueuse à maturité (au bout de 2 ans), contenant une graine unique (maturation : décembre-février)  
 
Habitat :
Plante hémi-parasite des feuillus : pommiers, poiriers, peupliers, érables, saules... et des conifères. 
Fréquence : Commun 
Risques principaux : Troubles cardio-vasculaires. 

Principes actifs : 
             • Nature : 
                     o Viscotoxines : protéines spécifiques responsables de troubles digestifs et d'hypotension  
                     o Lectines glycoprotéiques (viscumine) au niveau des feuilles et des tiges. La structure de la viscumine et son mode d'action se rapprochent de la ricine.
 
Remarque : la composition des baies est imparfaitement connue ; certains auteurs décrivent des intoxications sévères, d'autres affirment que les baies sont dépourvues de viscotoxine et donc que leur toxicité est très faible. 
Présence de flavonoïdes, tyramine, saponosides et alcools triterpéniques dérivés de l’oléanane et des lectines (glycoprotéines).
 
             • Localisation : baies et feuilles. 

Circonstances d'intoxication : Ingestion des baies. 

Notions générales : 
             • Les fruits sont exceptionnellement à l'origine d'intoxications graves  
             • Contrairement au gui français (Viscum album L.), le gui d'Amérique (Phoradendron serotinum (Raf.) M. Johnston) présente des risques de convulsions pour des doses de 1 à 5 feuilles et de 5 à 20 baies, voire de décès (contexte d'ingestion volontaire)  

Doses toxiques : 2 ou 3 baies provoquent une intoxication chez l’enfant. 15 baies peuvent provoquer la mort d’un adulte par action au niveau du centre respiratoire bulbaire ou par arrêt cardiaque 

Eléments diagnostiques :
             • Ingestion de quelques baies : 
                    o Troubles digestifs : vomissements, diarrhées parfois sanglantes, douleurs abdominales  
                    o Signes généraux : asthénie, polydipsie  
                    o Agitation  
             • Au-delà de 10 baies, on pourrait voir apparaître : 
                    o Troubles cardiovasculaires : bradycardie, hypotension artérielle, collapsus, fibrillation ventriculaire  
                    o Troubles neurologiques : risque de paralysie neuro-musculaire, de décès par asphyxie  

Conduite à tenir 
             • Moins de 10 baies : 
                   o Surveillance à domicile  
                   o Consultation médicale en cas de symptomatologie  
             • Au-delà de 10 baies :  
                   o Hospitalisation  
                  o L'absence de symptômes plus de 2 heures après l'ingestion d'une partie de la plante (baies, feuilles, tige, fleur...) est de bon pronostic
                  o L'efficacité de l'épuration digestive n'est actuellement pas démontrée 
Le lavage gastrique ainsi que l'administration de charbon activé sont à discuter au cas par cas  
                  o Traitement symptomatique  
  
FloreTox
A,B,C....