Solanum dulcamara L.
Douce amère

SOLANACEAE
Autres dénominations : Bronde, Crève chien, Herbe à la carte, Herbe à la fièvre, Loque, Morelle grimpante, Réglisse sauvage, Vigne de judée, Vigne sauvage.  
 
Description botanique : 
Plante herbacée vivace lianiforme à tiges grimpantes (jusqu'à 1 à 2 m), s'enroulant sur la végétation environnante.  
         • Feuilles : Alternes, pétiolées, ovales acuminées, entières ou trilobées au sommet de la tige (3 lobes inégaux, dont 2 latéraux plus petits à la base)  
         • Fleurs : Pétales violets aigus à 5 lobes aigus renversés, à 5 étamines jaunes soudées au centre, à long pédoncule, en grappes (floraison : juin-octobre)  
         • Fruits : Baies allongées puis ovoïdes (10-15 mm x 8-10 mm) en grappes, vertes puis rouge luisant, à pulpe rouge de saveur d'abord douce puis amère, et contenant de nombreuses graines lenticulaires (maturité : août-décembre)  
 
Habitat : 
         • Lieux humides et ombragés (bois, haies, vieux murs), jusqu'à 1700 m  
         • Commune   
Risques principaux : Syndrome anticholinergique. 

Principes toxiques :
       • Nature :
             o Glucoalcaloïdes stéroïdiques (solanines)  
             o Saponosides  
       • Localisation :  
             o Glucoalcaloïdes : 
Dans les fruits : teneur maximale dans le fuit vert (0,33 à 0,65% de la masse sèche, parfois plus), et très faible dans le fruit mûr  
Dans les feuilles (teneur inférieure à celle des fruits verts)  
             o Saponosides dans les fruits mûrs (pouvant être à l'origine de troubles digestifs mineurs)  
 
Circonstances d'intoxication : Ingestion des baies par les enfants (toxiques surtout avant maturité). 

Notions générales : Malgré la fréquence des appels concernant cette plante, les intoxications graves sont exceptionnelles. 

Eléments diagnostiques :
         • Ingestion de 5 à 10 baies :  
                 o Troubles digestifs : dysphagie, nausées, vomissements, douleurs abdominales, diarrhées  
         • Au-delà de 10 baies : 
                 o Asthénie  
                 o Signes neurovégétatifs : mydriase, sécheresse des muqueuses, tachycardie  
                 o Troubles neurologiques : céphalée, agitation, vertiges, bourdonnements 
                 o Possible hémolyse 

Remarque : Les glucoalcaloïdes sont irritants mais peu absorbés à travers la barrière intestinale ; en revanche après hydrolyse enzymatique, la partie non glucidique de la molécule est mieux absorbée et devient responsable de troubles nerveux. 
     
Conduite à tenir :
        • L'absence de symptômes plus de 2 heures après l'ingestion d'une partie de la plante (baies, feuilles, tige, fleur...) est de bon pronostic  
         • Traitement symptomatique  
         • Surveillance à domicile  
         • Consultation médicale : 
                 o Au-delà de 10 baies  
                 o En cas de symptomatologie intense ou persistante  

FloreTox
A,B,C....