Dieffenbachia sp. 
Dieffenbachia

ARACEAE
Autre dénomination : Dumb cane ("canne qui rend muet") 
 
Description botanique :
Plante herbacée pouvant atteindre 2 m de haut à tiges multiples robustes, épaisses, cannelées. 
       • Feuilles : Alternes, pétiolées, entières, grandes, ovales, pointues, vertes souvent panachées de jaune ou de blanc  
       • Fleurs : Groupées en épis ; spadice, entouré d'une spathe verdâtre (floraison : juin-septembre, mais rare en appartement).
Il existe de nombreuses espèces et variétés ornementales. 
 
Habitat : Plante d'ornement originaire d'Amérique du Sud, très répandue dans les intérieurs et les lieux de séjour car elle est très résistante. 
Fréquence : Commun en appartement  
Risques principaux :   
        • Lésions digestives corrosives  
        • Oedème laryngé  

Principes toxiques :
       • Nature :  
               o Cristaux d'oxalate de calcium sous forme de fines aiguilles tranchantes (raphides) stockées dans des cellules spécialisées les expulsant lors d'une légère pression. La cuisson neutraliserait ces phénomènes. 
               o Existence controversée d'une enzyme protéolytique dont la pénétration dans les tissus pourrait être facilitée par les raphides.
       • Localisation : Dans toute la plante (feuilles comme tige), et surtout dans le latex.  

Circonstances d'intoxication :
      • Mâchonnement par les enfants d'un morceau de tige ou de feuille  
      • Confusion des tronçons de la tige avec de la canne à sucre  
      • Contact du latex avec la peau ou les muqueuses  

Notions générales :
      • Le caractère corrosif de cette plante peut être à l'origine d'ulcérations cutanéo-muqueuses  
      • Intoxication le plus souvent asymptomatique, d'évolution bénigne  
      • Les complications oropharyngées sont exceptionnelles  

Eléments diagnostiques :
      • En cas de mastication, apparition des symptômes dans les 5 minutes : Ulcérations bucco-pharyngées  
      • En cas d'ingestion :
                o Lésions irritatives voire corrosives des muqueuses digestives  
                o Oedème localisé, en particulier laryngé, avec troubles respiratoires  
      • Lors du contact avec la sève  
                o Cutané : Dermite irritative  
                o Oculaire : Conjonctivite (douleur, larmoiement, photophobie), voire kératite grave (ulcérations cornéennes, diminution de l'acuité visuelle)  

Conduite à tenir :
      • L'absence de symptômes plus de 2 heures après l'ingestion d'une partie de la plante (baies, feuilles, tige, fleur...) est de bon pronostic  
     • L'ingestion peut nécessiter une consultation médicale, voire une surveillance de quelques heures à l'hôpital (risque d'œdème laryngé)  
     • Mastication et/ou ingestion : 
                 o Décontamination bucco-labiale  
                 o Prévention de la réaction œdémateuse par les antihistaminiques H1  
                 o En cas de symptomatologie digestive : Pansements digestifs 3 fois par jour pendant 2 jours  
      • Atteinte oculaire : 
                 o Décontamination oculaire  
                 o Consultation ophtalmologique  
FloreTox
A,B,C....