Datura stramonium L.
Datura

SOLANACEAE
Autres dénominations : Stramoine, Herbe-aux-sorciers (nom également utilisé pour désigner la jusquiame, la mandragore), Herbe-des-magiciens, Endormeuse, Herbe-aux-zombies.

Description botanique :
Plante herbacée annuelle de 0,5 à 1,5 mètre de haut, à tige solide à divisions dichotomiques ; dégage une odeur repoussante au froissement. 
        • Feuilles : Alternes, pétiolées, grandes, à dents très inégales, asymétriques à la base, glabres, molles, vert foncé  
        • Fleurs : Isolées ou par 2, à l’aisselle des feuilles, à corolle tubuleuse évasée (6-10 cm) blanche (ou veinée de mauve) et entourées d'un calice à 5 dents (floraison : juillet-octobre)  
        • Fruit : Capsule épineuse ovale à 4 loges (4-6 cm x 3-4 cm), remplie de nombreuses graines noires (4-5 x 2-3 x 1-1-1,5mm), réniformes à surface rainurée comme les mailles d'un filet (réseau). Maturité : juillet-octobre

Autres espèces exotiques toxiques introduites en France pour l'ornementation : Espèces asiatiques (D. metel, D. ferox) et espèces américaines arborescentes (Brugmansia). 

Habitat :
        • Taillis, décombres, lisière des champs et jardins potagers de 300 à 1600 m  
        • Assez commune  
Risque principaux :
          • Etat d'agitation aiguë, convulsions  
          • Dépression respiratoire  

Principes toxiques :
          • Nature : Alcaloïdes tropaniques, représentant 0,2 à 0,5% de la plante 
                        o 2/3 de hyosciamine/atropine  
                        o 1/3 de scopolamine  
         • Localisation : Tous les organes de la plante renferment des alcaloïdes tropaniques, concentrés dans les feuilles (0,3 à 0,5 %), les tiges (0,5 à 0,6 %), les graines (0,3 %), les fleurs (calice 0,3 % ; corolle 0,02 %). 

Circonstances d'intoxication :
           • Accidentelles :
                         o Ingestion de graines par les enfants (peuvent tomber des fruits des bouquets secs)  
                         o Contamination de farines par les graines  
                         o Confusion des feuilles avec des légumes sauvages (confusion de la racine avec du raifort) 
                         o Miel élaboré par des abeilles butinant des daturas 
                         o Des capsules ont été exceptionnellement retrouvées dans des boites de conserves industrielles de haricots.
           • Volontaire : A des fins récréatives, ingestion de graines, plus rarement des racines, feuilles et fleurs, voire de la tige. En général l'organe est consommé directement, parfois après infusion destinée à être bue ou rarement à imbiber une cigarette.  

Remarque : En 1992 plusieurs cas de détournement d'usage de spécialités à base de datura (cigarettes alors présentées comme sédatives de l'asthme), ont conduit les pouvoirs publics français à retirer ces spécialités du marché et à les supprimer du formulaire national. Intoxications graves avec hallucinations suite à leur utilisation en décoction par des toxicomanes. 
 
Notions générales :
           • Les alcaloïdes ayant une action parasympatholytique, les symptômes sont identiques à ceux induits par la belladone  
           • Le pourcentage important de scopolamine expliquerait un effet important et durable sur le système nerveux central et au niveau de la pupille  

Dose toxique :
          • La sensibilité individuelle est très variable  
          • Dose toxique enfant : 2 à 5 graines  

Eléments diagnostiques :
Délai d'apparition des symptômes : de 10 à 20 minutes (infusion) à 6 heures. 
          • Syndrome anticholinergique avec des signes centraux :  
                       o Confusion, désorientation temporo-spaciale, hallucinations, dépression ou agitation  
                       o Ataxie
  
En cas d'intoxication grave (au-delà de 10 graines) 











Conduite à tenir :            
        • Hospitalisation  
        • L'efficacité de l'épuration digestive n'est actuellement pas démontrée 
Le lavage gastrique ainsi que l'administration de charbon activé sont à discuter au cas par cas  
        • Mise au calme en chambre peu éclairée  
        • Traitement symptomatique  
                    o De l'agitation : sédatifs (exemple : benzodiazépines)  
                    o Des convulsions  
                    o Eviter les produits ayant une activité anticholinergique (neuroleptiques)  
        • Traitement antidotique : L'utilisation (trés prudente) d'ésérine (physostigmine, Anticholium®) est proposée dans les intoxications sévères, en maîtrisant les risques de cette technique (bronchospasme, convulsions...)
        • Surveillance neurologique et cardiaque (scope)  



 Intoxication bénigne

Intoxication modérée

Intoxication grave

Mydriase
Sécheresse des muqueuses
Erythrose cutanée

Hallucinations, agitation
Confusion, délire
Tachycardie sinusale < 130/min
Fièvre < 40°C
Rétention urinaire

Hallucinations sévères
Agitation importante
Tachycardie sinusale > 130/min
Hyperthermie > 40°C
Convulsions
Détresse respiratoire
Coma

 

FloreTox
A,B,C....