Prunus mahaleb L. 
Bois de Sainte Lucie 

ROSACEAE
Autres dénominations : Cerisier de Sainte Lucie. 
 
Description botanique : 
Arbuste ou petit arbre à bois à odeur agréable 
Feuilles : Alternes, petites, ovales arrondies, crénelées-dentées ; avec 1-2 glandes à nectar sur le pétiole près du limbe. 
Fleurs : Blanches, très nombreuses à pédoncules longs, en petits bouquets corymbiformes, très odorantes (floraison : avril) 
Fruits : Drupes passant du rouge au noir à maturité, sphériques, portées par des pédoncules plus ou moins rigides, chair rouge foncé, un gros noyau (maturité : juillet-août) 

Habitat : Bois clairs, haies, coteaux ensoleillés et secs. 
Principes toxiques :
        • Nature : Prunasoside libérant par hydrolyse de l’acide cyanhydrique. 
        • Localisation : Feuilles.
 
Remarque : Les fruits ne sont pas toxiques mais ils ne sont pas consommables car très amers. On en fait parfois de l’eau de vie dans certaines régions.
 
Circonstances d'intoxication : 
Consommation d'amandes amères.

Confusion : Les fruits pourraient être confondus avec ceux comestibles du Griottier (P. cerasus L.) mais ces derniers restent rouges à maturité. 

Eléments diagnostiques :
Ingestion : 
         • Moins de 5 fruits rompus et croqués : 
                o Troubles digestifs : nausées, vomissements, douleurs abdominales  
                o Asthénie  
                o Troubles neurologiques : céphalées, anxiété, vertiges, somnolence, agitation  
                o Troubles cardio-vasculaires : tachycardie sinusale, hypertension artérielle  
         • Au-delà de 10 fruits rompus et croqués : 
                o Hypersalivation  
                o Troubles neurologiques : faiblesse musculaire, ataxie, convulsions, trouble de conscience voire coma  
                o Dépression respiratoire, cyanose 

Conduite à tenir : 
         • Pour quelques fruits (4 à 5) :  
                o Traitement symptomatique  
                o Surveillance à domicile  
                o Consultation médicale : en cas de symptomatologie intense ou persistante  
         • A fortes doses (au-delà de 10 fruits) :  
                o Hospitalisation, dosage de l'acide lactique  
                o L'efficacité de l'épuration digestive n'est actuellement pas démontrée
L'administration de charbon activé est à discuter au cas par cas.  
                o Dans les cas graves, traitement de l'intoxication cyanhydrique (Cyanokit® ou hydroxocobalamine) parfois nécessaire
FloreTox
A,B,C....