Aconitum napellus L.
Aconit napel

RENONCULACEAE
Autres dénominations : Char de Vénus, Casque de Jupiter, Aconit napel, Napel bleu, Capuchon de moine, Casque de fer, Coqueluchon.  
 
Description botanique :  
Plante herbacée vivace de 0,5 à 1,5 m de haut à tige rigide, simple ou rarement ramifiée, pubescente dans le haut. 
         • Racine : Brunâtre, striée longitudinalement, en forme de navet, portant un bourgeon au sommet, munie de racines adventives renflées et allongées, à cassure blanche  
         • Feuilles : Alternes, pétiolées, très découpées en 5 lobes partant tous du même point eux-mêmes redivisés en fines lanières ; face supérieure vert sombre, face inférieure plus claire  
         • Fleurs : Bleu foncé parfois violacé, réunies en grappe terminale allongée, en forme de casque, composées de 5 sépales pétaloïdes pubescents (le sépale supérieur coiffant l'ensemble des organes floraux) et de 5 pétales (2 pétales supérieurs étalés sous le grand sépale et 3 inférieurs réduits, allongés)  
         • Fruits : Secs, composés de 2-5 follicules dressés contenant de nombreuses graines noires, brillantes, tétraédriques  
 
Autres espèces : Environ 350 dont 4 en France : A. vulparia Rchb., A. variegatum L. aussi toxiques que A. napellus L. et A. anthora L.

Habitat : Surtout en montagne dans les lieux humides et prés fumés par le bétail, jusqu'à 1800 m (souvent en colonies importantes). 
Presque toute l'Europe, sauf dans la région méditerranéenne. 
Risques principaux : 
             • Dépression cardio-respiratoire  
             • Arythmie cardiaque  
             • Troubles neurosensoriels  
 
Toxicité : La plante la plus toxique de notre flore, notamment sa racine. 
 
Principes toxiques : 
            • Nature : Alcaloïdes diterpéniques tel que l'aconitine.  
            • Localisation : Plante entière mais c'est la racine qui contient le plus d'aconitine (jusqu'à 3 %) puis les graines (2 %), les tubercules (1 %), les feuilles (0,02 %).  
Les teneurs en alcaloïdes varient beaucoup, en particulier au cours du cycle végétatif et en fonction de l'origine géographique (0,5-1,5%). 
            • Mode d'action : L'aconitine possède un effet bathmotrope positif par augmentation de la perméabilité membranaire au sodium et accumulation de potassium intracellulaire  
 
Circonstances d'intoxication : Exceptionnelle en occident, plus fréquente en orient.  
           • Volontaire : meurtres, suicides  
           • Accidentelle : 
                    o Par les feuilles : confusion avec certaines Apiacées comestibles  
                    o Par les parties souterraines : confusion avec certaines Brassicacées à racines renflées comestibles, tel le navet sauvage  
           • Utilisation des racines en médecine chinoise : cause fréquente d'intoxication surtout en Chine et à Hong-Kong  
 
Remarques :  
           • L'installation de ruches à proximité de ces plantes est à éviter, dans la mesure où une certaine toxicité pourrait être transmise au miel.  
           • A. vulparia Rchb., l'aconit tue-loup à fleurs jaunes et racine non renflée (montagne) est très toxique ; elle renferme de la lycaconitine. 
           • A. anthora L., l'aconit des Alpes à fleurs jaunes, est beaucoup moins toxique car elle ne contient que des alcamines (atisine), et non de l'aconitine  
 
Doses toxiques : 
           • Dose toxique aconitine = 0,25 mg chez l'adulte  
           • Dose aconitine entraînant des troubles cardiaques = 2 mg  
           • Dose létale aconitine = 3 mg  
           • Dose toxique teinture = 5 mL  
           • Dose létale racine = entre 2 et 4 g  
      
Eléments diagnostiques :  
Lors de l'ingestion : Délai d'apparition des symptômes de 30 à 45 minutes.  
           • Paresthésies bucco-labiales (fourmillement et engourdissement des muqueuses de la bouche ressentis immédiatement), hypersalivation 
           • Troubles digestifs : Nausées, vomissements, diarrhées  
           • Signes généraux : Pâleur, hypersudation, hypothermie, frissons  
           • Troubles neurologiques :  
                  o Paresthésie de la face et des extrémités évoluant vers une anesthésie, voire une parésie  
                  o Mydriase, troubles visuels  
                  o Vertiges, ataxie  
           • Troubles cardiaques : Hypotension artérielle, troubles du rythme ventriculaire (extrasystoles, fibrillation), troubles de la conduction (bloc auriculo-ventriculaire)  
           • Dépression respiratoire  
           • Biologie : Hyperkaliémie, augmentation des CPK (signe biologique pouvant évoquer une rhabdomyolyse). 
 
Lors du contact cutané : Dermite irritative.  
 
Conduite à tenir : En cas de simple mastication l'hospitalisation est inutile, à nuancer en fonction de la clinique. 
En cas d'ingestion récente :        
           • Hospitalisation  
           • L'absence de symptômes plus de 2 heures après l'ingestion d'une partie de la plante (baie, feuille, tige, fleur...) est de bon pronostic  
           • L'efficacité de l'épuration digestive n'est actuellement pas démontrée  
Le lavage gastrique ainsi que l'administration de charbon activé sont à discuter au cas par cas  
           • Surveillance cardiaque systématique, continue pendant 24 heures  
           • Traitement symptomatique : 
                    o Des troubles du rythme et de la conduction : Antiarythmiques (méxilétine, amiodarone et flécaïnide en première intention), entraînement électrosystolique ; calcium et magnésium sont parfois préconisés  
                    o L'utilisation d'atropine (effets parasympathomimétiques de l'aconitine) a été proposée  
           • Contre-indications : Potassium, procaïnamide et bêta-bloquants 
FloreTox
A,B,C....